La ruée vers l'or, le rêve d'une vie et d'un monde meilleur ... telles sont sûrement les motivations de nos ancêtres dans leur projet de migrer vers l'Amérique. Toute une aventure ...

Félix SCHEHRER est né à VALFF le 22 septembre 1841. Il est le huitième des neuf enfants de François Antoine SCHEHRER et Marie Anne MULLER. Les SCHEHRER sont tisserands de père en fils. Ils habitent au n° 275 de la rue Basse.

La vie des tisserands est rude, le travail fatigant, les revenus maigres. La fabrication artisanale de tissus est sur le déclin. De nouvelles usines performantes fabriquent la marchandise à des prix dérisoires. Pour survivre, la famille doit cumuler plusieurs emplois. Félix, maintenant jeune homme, décide de suivre l'appel du nouveau monde. Sa tante Anne Marie SCHEHRER a déjà franchi le pas. Après son mariage avec François Antoine BRAUN, elle a émigré aux Etats-Unis en 1852 avec son mari et ses trois enfants. Les nouvelles semblent prometteuses : ils ont pu s'établir dans une ferme près de Harrison dans le comté de Hamilton dans l'Ohio. Félix décide de prendre un nouveau départ. Il embrassera pour la dernière fois de sa vie ses parents, ses frères et soeurs avant d'embarquer dans le train qui va l'emmener au Havre via Paris. 

Au Havre le 10 août 1862, il embarque à bord du navire « Entreprise ». 

Le voyage est fastidieux. Le mal de mer indispose de nombreux passagers. Des odeurs répugnantes, des cris, des pleurs envahissent les cabines. La promiscuité des 250 passagers entassés les uns sur les autres rend les humeurs irritables. Les toilettes et l'intimité inexistants. L'inactivité durant ces 36 jours de navigation est mortelle. Enfin, le 10 août 1862 le navire de la Boyd & Hincken Compagnie accoste à la pointe sud de Manhattan à New-York.

C'est la ruée pour débarquer. On serre les maigres bagages contre soi pour ne pas se les faire voler. Chacun suit la foule sans savoir où on va. Les formalités administratives sont interminables. Félix est perdu dans ce brouhaha indescriptible. Il est ébahi de tout ce qui l'entoure. Il est perplexe par tout ce qu'il découvre.  Un monde inconnu. Une nouvelle vie.

A côté de Félix se presse une jeune fille perdue comme lui. Ils se sont rencontrés durant le voyage. Ils se sont plu. Elle s'appelle Catherine Marie. Catherine NAUTH est originaire d'Ebersheim près de Mayence dans la Rhénanie Palatinat en Allemagne. Leur patois se ressemble. L'attirance n'a pas de frontières. Catherine lui a appris qu'elle allait rejoindre un certain John SATTIG originaire de sa région viticole natale qui avait fait fortune comme  marchand de vin. Il lui avait promis une place d'aide domestique dès son arrivée. La vie n'avais pas épargnée la jeune Catherine. Sa mère était morte en donnant naissance à sa petite soeur. Catherine n'avait alors que 8 ans.

Félix et Catherine étaient à la croisée des chemins. Chacun allait partir dans une direction opposée : Félix vers Lawrenceburg dans l'Indiana et Catherine pour son poste de domestique. Mais le coeur a ses raisons que la raison ignore ! Le choix de Catherine était difficile: travailler ou suivre ce bel alsacien ?  C'est décidé ! Elle allait l'accompagner où qu'il irait ! 

Les  tourtereaux se marieront à Lawrenceburg le 27 avril 1863. Il faut dire que la naissance de leur premier fils Joseph John avait aussi accéléré leur union. Jamais ils ne se seraient rencontrés sans la providence et leur choix d'émigration. Le bonheur au bout du voyage ... une histoire de conte de fée ? Catherine a 6 ans de plus que Félix, mais qu'importe, elle est affectueuse et pleine d'amour. Pour éviter les bavardages, leur différence d'âge sera gommée... Félix indiquera simplement aux autorités avoir 8 ans de plus ! Qui irait vérifier dans les registres de naissance en France ?

Lawrenceburg est une jeune bourgade traversée par la rivière Ohio qui se jette dans le Mississippi. Félix n'est pas dépaysé surtout lorsque la rivière sort de son lit. Cela lui rappelle tant les crues de la Kirneck ...

La ville grossit à vue d'oeil. De plus en plus d'immigrés grossissent le nombre de la population. La ville fourmille de travailleurs, de commerçants et de badauds ... Valff si calme lui parait  loin !

Située sur la ligne de démarcation entre les états du Nord et ceux du Sud la petite ville est entraînée dans la guerre de Sécession. Deux ans après son mariage les autorités inscrivent Félix sur les registres de l'armée : mais  pourquoi combattre pour un cause étrangère ? Félix ne se sent pas encore entièrement citoyen américain. Il se laisse du temps pour demander la nationalité américaine.

Il débute sa carrière professionnelle comme ouvrier dans une distillerie artisanale de whisky : The Nicholas Oester Distillery. Les Oester sont originaires du pays de Bade. Il arrive que l'on parle allemand ; c'est réconfortant. Responsable de la malterie il reçoit le titre de « Meister ».

Mais les choses vont changer brusquement : Catherine s'éteint dans sa maison entourée des siens le 1er janvier 1892. Ces derniers temps elle avait une santé fragile et souffrait d'une insuffisance pulmonaire. Elle laissera dans un immense chagrin ses 2 garçons et 3 filles ainsi que son mari Félix. Ce dernier ne se remettra jamais de la perte de Catherine. 3 ans plus tôt, en 1889, le décès de leur fils aîné Joseph les avaient déjà dévasté. Ce dernier travaillait pour le cirque Robinson quand une maladie mortelle l'a terrassé. Félix ne survivra que 2 ans et demi à la mort de sa femme. Il décédera le 13 juillet 1894. 

Leurs enfants ont été :

  • Joseph John : voir plus haut
  • Maria Magdalena appelée Léna : cette dernière épousera Matthew ALBRECHT, un fils d'émigré alsacien de Dinsheim sur Bruche. Cinq des frères et soeurs de Matthew sont nés en France, lui et 6 autres à Lawrenceburg. Léna et Matthew auront 7 enfants
  • Florent Richard (Florentine en anglais) apprend le métier de tonnelier. Il se mariera avec Emma HEID qui lui donnera 5 enfants et mourra en couche. Sa deuxième épouse du nom de Joséphine LITTERST est née à Ettenheim dans le pays de Bade. Elle donnera à Florent 6 autres enfants avant de décéder également en couches. 
  • Mary qui a eu 7 enfants avec Paul MORANTZ.
  • Karl aussi appelé Charley, le cinquième enfant de Félix et Catherine a déménagé au Texas. Il est mort vers 1939
  • Catherine la plus jeune épousa Charles SCHINDLER a qui naquirent  un fils.

En tout on dénombre 26 petits-enfants ... grâce au départ à un voyage dans le nouveau monde ! Trois mois seulement après le décès de Félix, le patron de la distillerie Nicholas Oester décédera également. La distillerie sera vendue. Ci-dessous, la distillerie Oester avec le nom du nouveau propriétaire.

Mais attardons nous un instant sur la vie d'un des 6 enfants. Au décès en couche de sa première épouse, Florent Richard appelé Florentine se retrouva subitement seul à devoir élever ses cinq enfants. On s'organisa comme on pu. Les grands élevant les petits, secondés de la belle mère de sa deuxième épouse. Malgré son âge avancé, veuve, elle fit de son mieux pour aider toute la famille. Catherine, la soeur cadette de Florentine, aida elle aussi comme elle pu en recueillant certains des plus jeunes enfants. Une d'elles fut Joséphine. Agée seulement de quatre ans et demi, elle rejoignit sa tante à Cincinnati accueillie par sa tante et son oncle Charles SCHINDLER. Après ses études, Joséphine épousa James O'BRIEN dont naquit le petit Tom. Tom O'BRIEN et son épouse Marguerite visitèrent le village d'origine de leur arrière grand-père en juin 2016.

Les informations de ce récit sont tirés des recherches de Tom O'BRIEN. Le désir de voir le pays de son aïeul l'amena jusqu'à Valff, village que son arrière grand-père quittera pour toujours en cet été 1862.

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris