Léproserie au Moyen-âge

Des lépreux ? Où ça ? A Valff ? Eh oui ! Manifestement cette maladie que l'on connait plus à travers les récits de la bible ou de certains pays du tiers-monde a aussi causé ses ravages dans notre région.

Dans un registre de 1668 est cité un champ entre Zellwiller et Valff situé « Bi dem Malozenhüss » (près de la léproserie). C'est la seule mention de ce lieu.

Carte de Haulte et Basse Elsace par Christophe TASSIN (1640)

Dans les grandes villes comme Strasbourg, Obernai etc ... on avait établi des commissions de diagnostic. Ces dernières composées de médecins se rendaient chez les susceptibles malades et procédaient à l'examen des urines, du sang, de la peau, de l'haleine etc. Si la maladie était constatée, le pauvre contaminé se voyait rapidement marginalisé. Nul besoin d'ajouter que le corps religieux ajoutait en plus de la honte, la culpabilité d'une malédiction divine faussement étayée par des récits bibliques. Les malades étaient considérés comme « Unrein und Schuldig » (impurs et coupables). Inutile de préciser que beaucoup contestaient le diagnostic.

Les malades étaient ensuite isolés hors de la ville ou du village dans la léproserie du coin. A Strasbourg elle se situait à côté d'une chapelle à l'extérieur de la Porte de Pierre. Une léproserie était déjà mentionnée à Obernai au XIIe siècle. La maladie touchait plus les hommes que les femmes.

En quarantaine, les malades étaient entretenus si possible par la famille qui déposait de la nourriture ou le nécessaire à proximité. Les communautés religieuses pourvoyaient au reste. Les léproseries étaient construites près des routes. Cela permettait aux malades de solliciter les voyageurs et passants pour une petite offrande. Il est à supposer que la léproserie de Valff se trouvait ainsi proche de la route entre Zellwiller et Valff. A Haguenau, les registres indiquent que les malades séjournaient dans cette demeure pendant une moyenne de 4 à 5 ans. Après ce temps, s'ils étaient considérés comme guéris, ils pouvaient retourner chez eux. Inutile de préciser que le terme de lépreux leur collait longtemps à la peau ...

Lorsque vous passerez entre Zellwiller et Valff ayez une petite pensée pour ces pauvres hères qui, il y a fort fort longtemps, ont séjourné isolés dans cette léproserie. Imaginez les vous tendre la main pour une petite aumône. Heureusement la léproserie a disparue. Des innocents se sont peut-être retrouvés là. Il est fort possible que quelques uns ne souffraient que d'une simple maladie de la peau bénigne furent contaminé par de vrais lépreux ! Schuldig ! Aussätzige !

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris