Tableau de Pavel FEDOTOV, « Personne mourant du choléra »

Nous vivons une époque avec situation sanitaire sinistre. De tous temps les épidémies ont causé des coupes franches dans le rang de la population. Qui de nos jours a encore peur du choléra dans notre région ? Et pourtant cette maladie a fait des victimes à Valff, il y a seulement 168 ans, en 1854. 

Valff, 19 octobre 1854, le maire JORDAN écrit une lettre laconique au Sous-Préfet PENNARUN de Sélestat : « J'ai l'honneur de vous informer que le choléra s'est déclaré dans notre commune, trois personnes en sont mortes, une il y a huit jours, deux aujourd'hui. Il y a encore trois ou quatre autres qui en sont atteintes. J'ai l'honneur d'être, avec le plus profond respect, votre humble et le plus obéissant serviteur. Le Maire ».

Les victimes 

Une recherche dans les registres de décès de ce mois d'octobre 1854, nous renseigne sur le nom des victimes :

  • Marie-Anne MULLER est décédée le 12 octobre. Agée de 54 ans elle était l'épouse de l'ancien boucher Sigismond MEISTERSHEIM. Le veuf Sigismond habitera en 1856, seul, au n°289 chez la famille LUTZ
  • Florent SCHULTZ décède le 19 octobre à sept heures du matin. Il est âgé de 6 jours et était le fils du laboureur Jean-Pierre et de sa femme Marguerite ROSFELDER
  • Léon BLUM. Le fils du décédé marchand Léon BLUM et de Madeleine WEIL n'a que 6 ans. Il expire à treize heures de l'après-midi
  • Marie Rose KRUMHOLTZ. Le Maire JORDAN avait vraisemblablement déjà rédigé sa lettre lorsque Marie Rose est décédée à seize heures de l'après-midi de ce jeudi 19 octobre. Cette jeune journalière, fille d'un vigneron de Bernardswiller est venue s'installer à Valff chez son mari Jacques SCHEHRER, journalier charretier, pour se contaminer et mourir. Elle était mariée depuis trois ans. Elle venait de donner naissance à un petit Alexis en septembre qui décèdera lui aussi le 23 octobre. Leur premier fils, prénommé Jacques né en 1853 était déjà mort à neuf mois. Son mari ne supportera plus de rester dans le village et s'exilera dans la région de Sarrebourg. Il décèdera à l'âge de 44 ans

Suivront le même mois ROSFELDER Madeleine 54 ans, BURGSTAHLER Madeleine 1 an et 9 mois, KORMANN Marie Marguerite 22 ans, puis en novembre HEUMANN Mathias 42 ans, BLOCH Babette 12 ans, OTT Thérèse 7 mois, MINIGUS Joseph 12 ans, LUTZ Florent 30 ans, etc.

Le 24 octobre le Sous-Préfet et Maire de Sélestat, Joseph Benjamin PENNARUN, écrit au Préfet Auguste César WEST, que le choléra, qu'il confond avec la fièvre thyphoïde, « n'a pas semblé avoir assez de gravité pour m'autoriser en sa faveur votre généreuse assistance ... ». SicIl informe néanmoins le Préfet, que c'est à Châtenois que « la cholérine négligée » a sévit avec le plus de violence, mais rassure en précisant « que le nombre de victimes est bien peu élevé par rapport au  nombre de la population ! A Sélestat, comme à Châtenois la maladie frappe essentiellement des personnes débilitées par des excès ou une alimentation insuffisante. Quelques militaires de la garnison ont également été atteints par suite d'imprudences. La population n'est aucunement émue par ce fléau, que les médecins combattent avec succès lorsqu'ils sont appelés au début ».

Une statistique de Châtenois montre que rien que pour le mois d'octobre, 27 personnes de moins de 50 ans sont décédées dont beaucoup d'enfants. En tout on dénombrera 44 décès ce mois là, mais pour le Sous-Préfet PENNARUN c'est négligeable !

Auguste César WEST, Préfet du Bas-Rhin de 1850 à 1855

La pandémie

La pandémie qui a débuté en Inde au début du milieu du XIXe siècle deviendra mondiale. La maladie se transmet par l'absobtion d'eau ou d'aliments contaminés par le bacille virgule souvent contaminés des suites d'une mauvaise hygiène. Les symptômes sont les suivants :

  • une diarrée aqueuse abondante 
  • des vomissements
  • des nausées

Entre un quart et la moitié des sujets contaminés par la forme aïgue et non-traités décèdent dans les 3 ou 4 jours après l'apparition des symptômes. La désydratation entraîne une chute de la pression sanguine puis un collapsus cardio-vasculaire. Par contre, 80 % des  sujets infectés ne manifesteront aucun symptôme ou des symptômes bénins ou modérés. 

Les épidémies sont aujourd'hui massivement combattues par les autorités gouvernementales. Comme nous venons de le voir, ce ne fut pas toujours le cas dans l'histoire. Il faut également retenir que les soins médicaux étaient à la charge des malades, que les défavorisés n'avaient souvent pas le moyen d'honorer. Nous pouvons vivement remercier, même si certaines décisions pourrait nous sembler à redire, toutes les instances médicales et gouvernementales pour leurs efforts et leur combat.

Sources : Archives de la commune

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

09 77 62 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris