Les affaires judiciaires d'antan sont aux antipodes de notre justice actuelle. La procédure et la dureté des sentences prononcées renvoie à des normes et des pratiques héritées du Moyen-âge. Les enquêtes menées avec minutie par l'autorité judiciaire sont consignées avec force détails. Extrait des archives du Bas-Rhin, cote 1 B 59.

Il est facile d'imaginer les conversations animées que pouvaient nourrir ces faits divers dans les chaumières, les marchés ou les auberges … et pour des années ! L'histoire qui nous intéresse se déroule à la fin du XVIIIème siècle. Valff fait partie du bailliage d'Andlau. La justice féodale régionale est administrée par un bailli représentant le royaume de France.

L’Alsace est régit par la France depuis la fin de la guerre de trente ans et son annexion par Louis XIV. Le bailli d'Andlau s'appelle Jean Antoine SCHECK. Son rôle était d'enquêter et de juger en première instance. Les baillis étaient nommés par le Conseil Souverain d'Alsace, cour supérieure de justice et parlement provincial située à Colmar. C'est la plus haute juridiction de la province mise en place par Louis XIV. 

Le bailli Antoine SCHECK est assisté par le Procureur fiscal André SCHWAB; Il est le représentant des habitants demandant justice. Un comte palatin présidait la cour des appels en dernier ressort. Le palatinat du Rhin comprenait l'Alsace et la Lorraine.

17 mai 1756, trois heures du matin ...

Catherine FREYDER, âgée de 25 ans, hurle de douleur. Elle est sur le point d'accoucher. C'est son premier enfant. Autour d'elle sont rassemblés la sage femme mais aussi des hommes au regard sévère. Sont présents, le prévôt Mathias VÖGEL, deux membres du conseil municipal et une foule de voisins curieux. Ils posent tous la même question  : « Qui est le père de cet enfant ? ».

Pour comprendre la raison de ce tumulte, il faut se reporter quelques mois en arrière. Catherine vit à Valff avec sa sœur Anne, son beau père Jean Michel SIMON et la fille de ce dernier. Tous partagent la même maison. Jean Michel SIMON avait épousé Madeleine, la mère de Catherine, jeune veuve, qui décéda brusquement « à la chandeleur de l'an dernier » (1755). Jean Michel SIMON avait consenti à garder les deux filles de Madeleine chez lui.

Une nuit de septembre, Jean Michel SIMON, son « parâtre » selon les déclarations de Catherine, se glissa furtivement dans son lit. Pour l'empêcher de crier il lui pressa la main sur la bouche et lui fit subir, ce que le juge appellera, « une familiarité illicite et un commerce défendu et criminel alors qu'elle ne connaissait rien à la chose ». Elle indiquera que ce fut la seule fois. 

Humiliée, elle consenti pourtant a un arrangement avec son beau père. Elle était tombée enceinte et pour cacher cette situation humiliante il fallait vite lui trouver un mari. Qui voudrait plus-tard d'une fille mère ? Jean KLEIBER fera l'affaire. Jean Michel SIMON organisa rapidement le mariage. Pour justifier cet empressement surprenant, la date est fixée « au lundi de la fête de la chandeleur, le 1er février » qui coïncide avec le jour anniversaire de la mort de la mère de Catherine. Elle est pourtant à trois mois de la fin de sa grossesse.

Dans l'euphorie des fêtes, Jean Michel SIMON (42 ans) en profitera également la semaine suivante pour convoler pour un deuxième mariage. Il épousera une jeune fille, Marie Anne, orpheline de père et âgée de 16 ans et demi.

Le ventre de Catherine commence à alimenter les commérages. Trois semaines avant terme, ne supportant plus la mascarade, elle convoque son époux et trois témoins et déclare officiellement que l'enfant qu'elle porte n'est pas de son mari mais du fruit « des pulsions criminelles de son parâtre ». De toute façon la naissance à terme aurait dévoilé l'escroquerie.

La justice est saisie. Diffamation ... ou pratique honteuse ... ? D'un côté SIMON, un homme soi-disant de bonne réputation et de l'autre Catherine, une femme pécheresse ? Pourquoi n'a-t-elle rien révélé et a-t-elle caché sa grossesse ? Et le mari abusé et trompé ... C'est ainsi que nous assistons aux événements relatées plus haut : un accouchement comme « outil à l'aveu ». Le procès verbal rapporte : « Nous (la justice) avons attendu le moment le plus intense des douleurs de l'enfantement pour nous rendre chez la mère afin de recueillir la vérité ». Le prévôt VÖGEL reçu l'ordre du procureur fiscal de se rendre sur les lieux dès que la sage femme le préviendrait des premiers signes de l'accouchement.

L'enfant dont le pronostic vital à la naissance est engagé est ondoyé par la sage femme Catherine ROSFELDER, mais survit. Il est baptisé le jour même. Sur la déclaration de la sage femme, le curé indiquera que l'on a choisi pour l'enfant le prénom François Antoine. L'enquête étant en court, le nom de famille sera .... SIMON.

Juillet 1756 ...

Le 6 juillet, Catherine est mise aux arrêts à Andlau. Afin de préserver le sevrage du bébé, le bailli arrangera l'hébergement de la mère au domicile du maître des gardes.

Le 18 juillet, le sergent seigneurial se rend avec sa troupe à la maison de Jean Michel SIMON pour l'appréhender. Curieusement celui-ci s'était volatilisé le jour de naissance du petit François Antoine. Même sa jeune épouse, ne peut dire quel est son lieu de séjour. Bonjour la communication ! On l'aurait vu, dit-on, il y a quatre semaines, baluchon sur l'épaule, quitter précipitamment le village. D'après un voisin, il ne supportait plus les ragots à son encontre. La justice nomma pour le petit François Antoine un curateur désigné par vote parmi les membres de la famille.

Le 28 juillet, le juge de paix donne son verdict : « Le mari et père adoptif, Jean KLEIBER, aura la garde du garçon et devra l'entretenir, le nourrir et l'élever selon la religion catholique et apostolique. Il devra également garder pour femme Catherine relaxée. Elle sera libérée le même jour ».

Au bout de quelques semaines, Jean Michel SIMON réapparu et se constitua prisonnier....et.... apparemment choqué de la suite de l'affaire. Se défendant avec véhémence, il rejeta toutes accusations. D'après lui, étant grand croyant et pratiquant, il s'était rendu au pèlerinage de Saint Landelin en Allemagne afin d'y accomplir un vœu. Consterné, jurant et vociférant, il nie toute implication en se déclarant victime, déshonoré et sali, lui... un si fervent pèlerin ...!  En plus,  il n'était  aucunement au courant de la grossesse ... il a tout appris à son retour ! L'affaire sera finalement classée sans suites !       Pour la justice peut-être... mais pour les commérages ....

François Antoine décédera 46 ans plus tard, célibataire, considéré par la population comme l'enfant du péché. Pauvre garçon !

Quant à Jean Michel SIMON il lui naquit presque jour pour jour, un an après la naissance de François Antoine, une petite Marie Anne. Il concevra encore 8 autres enfants. Il mourut à l'âge de 74 ans.

Catherine FREYDER aura elle aussi d'autres enfants avec Jean KLEIBER. Deux filles : Anne Barbara qui ne vivra que deux ans et Marie Anne qui décédera à 26 ans. Seuls deux garçons survivront. Elle décédera également, ultime coup du destin, en couche, en mettant au monde la petite Anne Marie qui succombera deux jours plus tard. Elle aurait eu 37 ans. C'était le 20 octobre 1768.

Il faudra encore attendre quelques dizaines d'années pour voir la rédaction des « droits de l'homme et du citoyen » en 1789 et quelques centaines encore pour voir aboutir plus de droits aux femmes.... Heureusement !!!

« La Justice, c'est six mille ans d'erreurs judiciaires.  »

Robert BRASILLACH

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris