Un pari fou ! Est-il possible de redonner le brillant étincelant, le reluisant des chromes, ou tout simplement de reconstruire dans une forme d'époque, un reliquat de voiture des années 30 ? Dans la série des articles qui vont suivre, nous projetons de vous tenir informés des avancées d'une entreprise (locale) démesurée. 

Le projet

Commençons par le début. C'est au printemps que démarre notre histoire et la quête d'une voiture d'avant-guerre à restaurer. Je déniche une Hotchkiss AM2 de 1926 ... en Angleterre ! Un châssis, 4 ailes, un moteur, un capot et ... c'est tout. Malgré des négociations qui semblent avancer, l'affaire avorte. Pas de papiers, la distance, les frais de rapatriements, le temps à consacrer, l'ombre du Brexit ... nous abandonnons le projet. Avec l'aide du fin limier Frédéric, mon fils, qui blinde son téléphone d'alertes, notre choix s'arrête encore sur une Hotchkiss, à vendre en France, cette fois-ci.  Il faut faire vite ! L'affaire est rare. Les voitures d'exception à restaurer pour un prix d'achat abordable ne sont plus légions. Le nombre de voitures dites « sortie de grange » sont d'année en année devenu peau de chagrin.

Contact avec le sympathique vendeur, organisation du transport, du logement pour la nuit et le voyage direction Carpentras est lancé. Frédéric est du voyage.

La descente vers le Sud se passe sans encombres. Nous arrivons en fin d'après-midi et découvrons notre bête. Le chargement sur la remorque porte-voiture est organisé dans la foulée (voir photo au début de l'article). L'excitation est à son comble ! Il faut les yeux d'un devin pour imaginer à quoi pourra bien ressembler cette carcasse incomplète une fois restaurée. Les pièces mobiles sont solidement ficelées à la carcasse, une nuit de repos et fissa le retour. Les paysages du Vaucluse sont charmants, les villes et villages pittoresques. Le chemin du retour passe par les vignobles des Côtes du Rhône, majestueux !

Le retour se fait doucement mais nous dépasserons quand même un avion de chasse !

Et c'est enfin la vue du panneau d'entrée de Valff. Soulagements ...

... avant le déchargement, le tout sous le regard curieux des passants : « C'est quoi cette caisse ? »

Un peu d'histoire ...

Avant de suivre en image la restauration à proprement parler, voici quelques précisions. A ce stade, déjà, pas de découverte historique au niveau des anciens propriétaires comme cela a pu être le cas pour l'improbable histoire de la Citroën B12 Torpédo de 1925. Comme on peut le constater le volant de la Hotchkiss se trouve à ... droite ! Non, ce n'est pas la Hotchkiss d'Angleterre évoquée précédemment. Au début de l'histoire de l'automobile, toutes les voitures avaient une conduite à droite pour que le chauffeur (qui devait chauffer littéralement et mettre le feu au système d'allumage d'où le nom de chauffeur) puisse jauger les bas-côtés au moment d'un croisement sur la route, qui, pour la plupart n'en avaient que le nom. Autre raison : le frein à main souvent fixé à l'extérieur se manoeuvrait mieux de la main droite, la pédale de frein n'apparaissant que plus tard. Pendant l'entre-guerre, les grands constructeurs de voitures de luxe, tels que Bugatti, Hotchkiss, Delahaye, Delage ou Hispano Suiza continueront de fabriquer des conduites à droite. La raison : un chauffeur particulier de limousine pouvait descendre du véhicule et ouvrir la porte en un éclair à Madame, assise à l'arrière droit côté trottoir ! Monsieur par contre, assis à l'arrière gauche, préférera avoir la vue dégagée vers l'avant.

Autre précision : malgré le nom à consonance anglophone, les Hotchkiss étaient bel et bien construites en France et cela depuis 1903. Le slogan de la marque : « Le juste milieu ! ».     

Pour ce qui concerne notre 411, le chiffre 4 signifie 4 cylindres et le 11 le nombre de chevaux fiscaux. Le moteur possède une cylindrée de 2010 cm3 de 50 cv à 3000 tours/mn avec arbre à came en tête. Vitesse : 110 km/h pour un poids de 1300 kg, 4 vitesses en prises directes, ressorts à lames et amortisseurs à frictions, pompe à essence. En 1932, 1933, 1934 et 1939 des Hotchkiss remportent le rallye de Monte Carlo et s'adjuge 6 autres victoires en course.

Afin de se créer un stock de pièces de carrosserie, les vacances d'été se passèrent ... dans la Creuse ! Une remorque remplie de tôles en vrac sera du voyage retour. Des pneus introuvables seront dénichés ... en Suisse avec un beau week-end à la clé dans le pays où une pizza coûte un bras (ou le prix d'un pneu de Hotchkiss, au choix !). Mais quand on aime, on ne compte pas. N'est ce pas ?

Et cette magnifique épave de berline presque comme neuve servira de banque de pièces de carrosserie pour la restauration. La carte grise de notre 411, spécifiée cabriolet, encourage à tous les sacrifices. C'est décidé : la voiture sera reconstruite en cabriolet roadster avec pare-brise amovible !

Dans les années 30, les grands constructeurs vendaient une partie importante de leur production, en châssis/moteur uniquement, aux clients qui les amenaient chez des carrossiers indépendants. Par exemple, les établissements Gangloff de Colmar ont carrossé près de la moitié des voitures Bugatti. Il circulait sur les routes de l'hexagone un nombre important et incalculable de voitures construite dites: « à la carte ». On recense , rien qu'en France , plus de 120 carrossiers indépendants avant le deuxième guerre.

Bugatti type 43 de 1930

C'est sur la base de cette Squire 1500 Tourer de 1935 de 4 places ci-dessous que nous allons nous inspirer pour entreprendre notre reconstruction.

Et la restauration peut commencer ... des photos au prochain épisode !

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

09 80 94 03 40

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris