Vous avez un nom de famille avec une renommée associée qui vous colle à la peau ? Qui de nos jours est fier de porter un nom de famille dont un ou des ancêtres sont encore connus défavorablement ? 

Vers la fin XIXe, début XXe siècle, les membres d'une famille du village se sont particulièrement distingués par le nombre de jours de prisons cumulés. Par égard pour les personnes qui portent encore ce patronyme nous ne le mentionnerons pas dans cet article. Le pompon est attribué à Florent DALTON. Ah, oui, j'allais oublier : pour les raisons invoquées plus haut, nous allons appeler notre famille : la famille DALTON. Je reviens donc à Florent. Avec ses frères Louis et Auguste, c'est lui qui détient le record à battre de condamnations. Pour essayer de comprendre les tenants et aboutissants de leur parcourt, dressons un rapide historique familial. 

Comme c'est parfois le cas dans certaines familles, quand disparaît la mère, c'est la dégringolade morale. L'alcool permettait d'oublier les problèmes qui se cumulaient ... à cause de l'alcool. Un cercle vicieux et fielleux. Ma DALTON s'éteignit en 1901 à seulement 54 ans. Le père DALTON, petit agriculteur, cassa sa pipe en 1907. La famille devait s'être bien enfoncée dans la déchéance : première condamnation pour Florent en 1903 avec 1 semaine de prison à la clé pour cause ... de mendicité ! Il avait pourtant appris le métier de cordonnier mais la vie ne voulait pas lui sourire et la suite encore moins. Dans l'ordre :

  • 1904 : 2 semaines pour mendicité et 6 mois pour vol
  • 1905 : 1 mois de prison pour détournement d'argent
  • 1906 : 14 jours cumulés pour mendicité et 3 mois pour vol
  • 1907 : 1 an et 1 semaine pour coups et blessures avec insultes
  • 1908 : 1 semaine pour mendicité
  • 1909 : 3 ans, 6 mois et 10 jours pour vol et mendicité
  • 1910 : 2 semaines pour vol
  • 1911 : 2 semaines pour tromperie   

Florent finit par s'assagir. En 1932 il épousa une Marie Louise à Strasbourg.

Son autre frère Louis, de 3 ans son cadet, avait déménagé à Bolsenheim où il s'illustra pour coups et blessures avec outrages. Quant à Auguste de 6 ans son cadet, il purgea en tout 19 mois et 2 semaines pour coups et blessures aggravés .   

Attestation de libération pour Louis DALTON

La famille DALTON fit des émules. Dans la famille DALTON je veux : dr'Antoine der Stahler (le voleur), ou le Jambedis (Jean Baptiste) dr' Battler (le mendiant) ou le Janges (Jean) dr' Gamfer (le voleur). Tous ces joyeux larrons avaient un point commun : le même nom de famille. Mais un cas est particulier. En 1921, Matthieu DALTON est condamné à 15 jours de prison et 1000 francs d'amende. Le maire Georges KLEIBER envoya une lettre de demande de clémence au Président de la République Française de l'époque Alexandre MILLERAND pour solliciter la grâce pour Matthieu. En vain ! Nous ne connaissons pas la raison de sa condamnation mais la requête fut rejetée.

La réputation d'une famille est difficile à porter pour les membres qui essayent de vivre sans faire de vagues. Dur, dur à l'époque si l'on s’appelait ... DALTON !

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris