Garnert et ancien cimetière derrière l'église Ste Marguerite (1930)

Matin du 11 juin 1824, le cultivateur de la rue Principale,  Florent LUTZ, se rend dans sa grange pour retrouver son satané domestique. Ce dernier s'était fait oublier depuis trop longtemps. Antoine GREMMEL, son nom, est originaire de Bischoffsheim. Son père s'appelle Mathias. Il est décédé. Sa mère Hélène HOFFMANN s'éteindra l'année suivante en 1825 à Bischoffsheim. N'aura-t-elle pas supporté ses malheurs ? Que s'est-il passé ? 

Le cultivateur Lutz avait embauché Antoine comme domestique. C'est avec le mariage de son oncle avec une fille de Valff qu'il est venu dans le village. Il semble que ces derniers temps, selon les déclaration de LUTZ, Antoine était d'humeur mélancolique. LUTZ reste figé quelques secondes avant de se précipiter. Mathias est pendu à une poutre dans la grange. Décrochez le corps, vite ! Mais il est trop tard. Le corps sans vie s'affale sur la paille ...

Florent LUTZ court avertir le maire Etienne ANDRES. Ce dernier informe les autorités compétentes et c'est une délégation composée du juge de paix d'Obernai Joseph Aloïse ALEXANDRE, du greffier et d'un chirurgien, du maire ANDRES, de l'adjoint François Michel SAAS et du sergent de la garde DIEHLMANN de Valff qui se rend auprès du corps d'Antoine. On constate que la dépouille est disposée la tête vers l'Ouest et les pieds vers le couchant. Le chirurgien constate le décès et après audition de Florent LUTZ et quelques témoins, le juge autorise l'inhumation. On authentifie la cause de la mort : excès de mélancolie qui a amené le jeune homme à mettre fin à ses jours ! Point.

L'affaire est réglée. Mais attardons nous sur le contexte de l'époque. D'après l'église le péché de suicide est considéré comme un péché criminel. Il était constaté comme un crime de lèse-majesté divin. Sous l'Ancien Régime, il arriva que les autorités firent un procès au cadavre, écroué pendant le temps de la procédure au grand dam des autres prisonniers incommodés par les odeurs de la décomposition du corps. La sentence consistait à traîner le corps sur une claie, la tête en bas le long d'un caniveau, puis le corps était pendu et exposé pendant 24 heures et ses biens confisqués ! Cette ineptie disparut après la Révolution et l'on jeta les corps dans un trou sans autre forme de cérémonie dans le coin du cimetière réservé aux païens ou aux non baptisés.

Rapport d'expertise du juge d'Obernai

Qu'en est-il du cas du jeune Antoine GREMMEL ? Le juge après avoir déclaré la mort par suicide autorisa l'inhumation. La procédure sera enregistrée le lendemain. Aucun témoin n'osera mettre sa signature sur l'acte. Superstition ? Le curé LEYBACH ne mentionnera même pas le décès dans ses registres. L'affaire est traitée de la même manière que pour les criminels. Le curé, si brave homme qu'il ai pu être, sûrement touché par la mort de ce jeune, était lié par ses voeux d'obéissance. Il aurai crée le scandale et aurai été sanctionné par l'évêque.

Peine de coeur ? Dépression ? Abattement ? Solitude ? N'a-t-il pas supporté la perte de son père et la séparation avec sa mère ? Qu'est ce qui a pu pousser ce jeune garçon a cette extrémité ? Il emportera la réponse dans la tombe. Sa mort déshonorante entraînera vraisemblablement aussi le décès par excès de honte, l'année suivante, de celui de sa mère. La maladie de dépression ne fut vraiment étudiée et reconnue qu'au milieu du XXe siècle.

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris