Un donateur à titre posthume ? Est-ce possible ?  Suivons l'enquête qui débute avec un don d'un donateur anonyme.  C'est en 1864 qu'un bienfaiteur anonyme de Valff offrit la modique somme de 20 centimes pour les sinistrés d'un immense incendie qui ravagea la ville de Limoges. Quel est le lien entre Valff et Limoges penserez-vous ! Comme nous avons la même curiosité, il ne nous faut pas plus pour débuter une enquête.

Le contexte

La seule information qui nous est parvenue est celle d'une annonce dans le « petit journal » de 1864. On y découvre des offrandes aussi diverses que 3 Francs d'un Franc-Maçon de la Loge Rose écossaise, les 20 francs et 23 centimes d'un atelier de Passementier, les 1 francs 60 d'un inconnu, les 1 francs de X.X de Carpentras, et ... les 20 centimes d'un Victor de Valff.

Avant de dévoiler qui est cet énigmatique Victor, parlons un peu de la catastrophe de Limoges. Le 15 août 1864, la ville célèbre, par un grand feu d'artifice, la fête de l'Empereur. En marge de cette fête, la femme du Sieur CANCE jette au hasard un lumignon de chandelle dans un panier rempli de chapeaux de paille. Le feu en se propageant, ravagera une grande partie de la ville. Citation : « La tempête, la destruction et le chaos semblaient s'être liguées pour faire le sac de notre malheureuse ville ». Des maisons en bois construites le long de ruelles étroites, peu de personnes sur place occupées à admirer le feu d'artifice, des puits à sec suite à la sécheresse : le scénario du pire est enclenché.

Pire : un marchand de vin voisin apercevant le feu courre avertir les soldats de garde du poste de la préfecture. Les soldats de garde décident ... rien ! Alerte au poste militaire ... toujours rien ! C'est finalement au poste des pompiers qu'il se fait entendre. Manquant d'eau, ces derniers décident de jeter du fumier frais sur l'incendie. Le fumier sèche et ... s'enflamme ! Des témoins racontent : « Le feu fut comparable à un large fleuve qui roule ses vagues de feu sur les toitures. Il y eu des heures de douleur. Quatre-vingts maisons brûlaient à la fois. Une lumière immense noyait la ville dans ses sinistres clartés. Le feu semblait être sous nos pieds et sur nos têtes. On entendait les toitures s'effondrer ; on voyait des maisons entières s'incliner ».

Heureusement aucune victime ne sera a déplorer. Un pompier est miraculeusement sauvé par son collègue alors qui se retrouva prisonnier dans une cave. La France entière fut émue par cette catastrophe. Les journaux relayèrent amplement l'événement ... jusqu'à Valff.

Limoges après l'incendie

Mais qui est donc finalement notre Victor de Valff ? Des recherches généalogiques permirent de filtrer les potentiels prétendants. Le prénom Victor ne sera populaire à Valff que vers la fin du XIXe siècle. Le seul Victor recensé vers 1864 est le petit Charles Victor né à Dijon en octobre 1852, fils de la cuisinière SCHIBI Françoise et de père inconnu. Son grand-père Joseph est tisserand à Valff. Malheureusement Victor décédera dans notre village cinq mois plus tard. Est-ce donc en souvenir posthume que sa mère ou son grand-père envoyèrent cette modique somme en mémoire du petit Victor ? Nous aimons à le penser.

Merci petit Victor !

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

09 80 94 03 40

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris