Ouf ! Si Valff existe encore de nos jours, c'est bien grâce à l'immense miséricorde du Tout-Puissant ! Vous en doutez ? Voici les faits.

8 mai 1646 

Tout le village est en émois. Les seigneurs Arnold et Wolf d'ANDLAU se sont déplacés personnellement pour statuer d'un sujet brûlant. Le curé Jean REUCH est prosterné devant l'autel de l'église affairé à solliciter la miséricorde divine. Les femmes égrainent les chapelets. On ne parle plus que de ça ! C'est le sujet enflammé du moment. Mais quoi donc ? Ben, c'est à cause des agissements scandaleux d'Arbogast MARTZ, le Schultheiss, le maire du village !

Un tribunal s'est constitué dans la Stub du village. Pour l'occasion et vu le nombre important de participants, tout le monde s'est rassemblé dans la grande auberge du château. De toute façon l'ancienne auberge qui servait de lieu de réunion municipale est ratatinée. Les troupes de Mansfeld sont passées par là ! Nous sommes à la fin de la guerre de Trente ans et le traumatisme est encore profond mais revenons à notre histoire. Le représentant des habitants que l'on appelle le Heimburger, Lorentz ABERT prend la parole. La salle entière arrête son souffle. ABERT rapporte : « A l'occasion du "Ahlmessti", la fête des Rameaux, le Schultheiss MARTZ a tellement abusé du pinard et du schnaps que dans un excès de vociférations il a juré et blasphémé Dieu le créateur à tel point que l'on peut s'estimer heureux que ce dernier n'ai frappé le village et tout le ban d'un châtiment de destruction éternel bien mérité ! Le village a honte d'avoir un énergumène pareil qui a même menacé d'abattre sa propre épouse d'un coup de fusil ! ».

Une rumeur parcourt la salle. C'est au tour de MARTZ de témoigner. Il se fait un silence pesant et glaçant. Après quelques secondes qui parut une éternité MARTZ s'exprime. Il reconnait avoir un peu trop lorgné la bouteille ce jour là, mais ABERT qui est d'ailleurs son beau-frère, s'est mêlé d'une dispute qu'il a eu avec sa femme, et cette dispute ne le regardait absolument pas !

La salle du tribunal se remplit à nouveau de murmures et de commentaires. Les seigneurs d'Andlau imposent le silence. On fait avancer des témoins de l'affaire.

Michel JOST dépose que le Schultheiss est un homme agressif et querelleur surtout quand il a bu. Pendant la fête des Rameaux, MARTZ était dans un état d’ébriété ininterrompu. Pendant trois jours, il a juré et blasphémé jusque tard dans la nuit. Un jour qu'il était tranquillement assis en compagnie de Clauss ROSFELDER dans l'auberge du château, MARTZ est apparu et a frappé violemment  la table en accusant son beau-frère d'être un fripon.   

Clauss KORMANN raconte qu'après avoir vu MARTZ battre et malmener sa femme, il a pris la fuite pour se réfugier chez des amis, ce dernier pensait la retrouver à l'auberge du château. Fou de rage, MARTZ aurait déclaré : « Que le diable cherche son corps et son âme et si je la retrouve, je la tuerai à coups de couteau, cette p.t..n ! ».

Hans PETERMANN reconnait aussi avoir un peu trop sucé le goulot pendant la fête de Rameaux en compagnie de MARTZ. Ils étaient assis à la même table à la fête champêtre du Ahlmessti près de la Schwalbrücke (le pont au dessus de la Kirneck à la sortie du village vers Meistratzheim). Il a assisté à l'altercation que MARTZ a eu avec ABERT le Heimburger, qui en s'approchant s'est adressé à MARTZ et lui a signifié en le montrant du doigt qu'il est la honte et le déshonneur du village.

Les autres témoins vont dans le même sens. Tous attestent que le Heimburger ABERT est un homme honnête et loyal. Arbogast MARTZ baisse la tête. Pris de honte, il demande pardon pour ses égarements et promet de ne plus recommencer. Mais la sentence ne l'épargnera pas. Il est condamné par le tribunal à trois jours de prison et d'une amende de 10 Schilling. Il devra en plus officiellement, demander pardon à son beau-frère qui lui voulait du bien et le dédommager d'une livre et 10 Schilling,  éviter autant que possible l'usage de boissons alcooliques et changer de comportement. Pour avoir gravement blasphémé Dieu il est destitué de ses fonctions.

Notons que la femme de MARTZ n'a pas été convoqué pour témoigner. On ne connait même pas son nom. Les violences conjugales ne sont pas un crime, et puis les hommes se disent : elle l'a peut-être mérité ... même sûrement ! Il est juste interdit de blasphémer. On se demande ce qui serait arrivé si c'est elle qui avait outragé Dieu. Les procès de sorcellerie font rage à cette époque ! En 1629, 17 ans auparavant, on a bien brûlé Elisabeth, la femme de Hans ABERT ... hum, c'est chaud !

Mais l'histoire ne s'arrête pas là ! Deux mois plus tard, Arbogast MARTZ fera la demande de réintroduction au poste de Schultheiss. Considérant que ce dernier a rendu d'éminents services à la population pendant la malheureuse guerre de Trente ans, que le prévenu a témoigné un repentir sincère, à modérer sa consommation de boisson et maîtrise ses accès de colère, le tribunal réintègre Arbogast MARTZ au poste de Schultheiss.

Et c'est ainsi que le village de VALFF ne fut pas détruit par la colère du Tout-Puissant. Ce jour là, le repentir de MARTZ sauva le village. Ouf !

Eglise St Blaise, sculpture romane datée vers le XIIe siècle appelée : « Le tireur d'épine »

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris