Josef KNIES, lieutenant de l'armée allemande a combattu à Valff et est mort à Valff le 28 novembre 1944.

Fiche d'identité

  • Né le 9 mai 1915 à Geseke (Rhénanie du Nord-Westhpalie)
  • Marié à Beate STUPLICH
  • Résidait à Niedermarsberg (Rhénanie du Nord, Westhpalie)
  • Il laisse un orphelin
  • Il est référencé comme « GGL » (Gottgläubig, croyant en Dieu). Seul 3,5% de la population allemande (recensement de 1939) se définissent ainsi, c'est à dire chrétien, sans pour autant être catholique ou protestant. Cela peut aussi traduire un détachement des églises traditionnelles, sans pour autant renier Dieu, notamment en cas d'engagement dans le parti nazi qui requiert un éloignement des églises "traditionnelles"
  • Mort à Valff le 28 novembre 1944
  • Enterré à la nécropole de Niederbronn-les-Bains, bloc 35, rangée 11, tombe numéro 188

Son histoire

Le lieutenant Josef KNIES, servant au sein de l'armée allemande (Wehrmacht), armée de terre (Heer), est engagé à Valff en novembre 1944. A cette date on ignore à quelle unité exacte il appartient. Préalablement, il appartenait à la 1ère Compagnie du Panzer-Feldersatz-Bataillon 200 (unité de la 21e Pz Division, 1e Armee), mais cette unité n'est plus en Alsace fin novembe, Joseph Knies a donc connu une mutation entre temps. Chose rare, grâce à notre équipe d’historiens amateurs, son « Soldatenbuch », ainsi que de nombreuses informations à son sujet ont pu être retrouvés, ce qui permet d'en apprendre un peu plus, sur le plus haut gradé tué à Valff.

 

Reproduction du Soldatenbuch réalisée grâce à l'aimable autorisation de Barry

Comme métier est mentionné « Nachwuchsführer » (plus couramment en allemand « Ordensjunker »). C'est la mention de son Soldatenbuch qui interpelle le plus : se traduit en français par « guide du parti de la génération suivante ». Il s'agit de personnel en formation dans des écoles spéciales supérieures du parti nazi NSDAP, dans le but de devenir ultérieurement cadre du parti. La majorité sont nés au cours de la 1ère guerre mondiale (comme Josef, en 1915), ont donc connu l'après-guerre, ses difficultés sociales et crises [Ce choix délibéré peut être par le but d'avoir une génération réceptive à l'idéologie nazie].

[Attention, ce paragraphe n'a pu être vérifié est fait l'objet de suppositions: Le fait qu'il soit « Nachwuchsführer » semble indiquer d'office qu'il ait été membre du NSDAP, et endoctriné. La nature, le lieu et la durée de la formation qu'il a suivi n'est pas clair. Une de ces école (appelés « Ordensburg ») est située à Wewelsburg à 20km de son lieu de résidence et 10km de son lieu de naissance. La plus part de ces « Ordensburg » ont fermé en 1940, leurs élèves et professeurs étant envoyés au front. Au cours de la formation, les élèves reçoivent aussi une formation militaire. Le grade attribué aux élèves n'est pas clair. Il n'est pas impossible que son grade de « lieutenant de réserve », indiquant bel et bien qu'il n'est pas officier de carrière, a peut être été obtenu « d'office » au cours de cette formation para-militaire et d'endoctrinement]

Josef est un jeune homme (29 ans en 1944), de 1,78m, cheveux blonds, comme particularité physique est mentionné « cicatrice au niveau de l'appendice » (opération ou blessure ?).

Sa première affectation est la 2e Compagnie de l'Infanterie Ersatz Bataillon 317, unité toujours mentionnée sur sa plaque d'identité militaire. Le terme « Ersatz » désigne une unité, à la disposition de chaque division, servant de « réservoir d'Hommes » surtout pour combler des pertes dans les autres unités. Il sert ensuite au sein du Panzer-Feldersatz-Bataillon 200 de la 21e Panzer Division à partir de 1944.

Chose intéressante et rare, sur sa photo d'identité militaire il n'est pas photographié en tenue d'apparat, mais dans la tenue camouflée « Tarn Splinter », camouflage très utilisé en Normandie en juin-juillet 1944. 

Distinctions

Le 13 juillet 1944, il reçoit la « Eiserne Kreuz » de 2e Classe. A cette époque, la 21e Pz Div est engagée en Normandie, et ce, depuis le débarquement, et s'oppose aux britanniques qui tentent depuis le 6 juin de prendre Caen.

Le 1er octobre 1944, il reçoit la « Eiserne Kreuz » de 1ère Classe. A cette époque, la 21e Pz Div tient le front autour de Baccarat (Lorraine).

Le 9 octobre 1944, il reçoit la Panzerkampfabzeichnen « bronze ». Chose déjà assez rare, puisque seul 12 500 ont été distribuées au cours de la seconde guerre mondiale !

Le 30 octobre 1944, il reçoit la « Verwundetenabzeichen Schwarz » : médaille des blessés de couleur noire (signalant une 1ère blessure). Il a donc été blessé au combat, sans plus de détails. Assez pour obtenir une médaille. Il n'y a pas de compte rendu d'hospitalisation associé.

Son décès à Valff

Le mardi 28 novembre 1944 il est engagé dans la défense de Valff. Menant une petite unité de soldats allemands : ils prennent position dans un fossé à 100m du pont détruit de la Kirneck, le long de la route de Zellwiller. Leur chemin croise celle du char Sherman « Tardenois » de la 2ème Division Blindée française, qui appuyé d'un deuxième char Sherman, prennent ensemble le fossé en enfilade. L'unité est décimée par les mitrailleuses des chars. On dénombre 9 morts : 8 policiers (qui semble t'il appartenaient à la Volkssturm) et le lieutenant Josef KNIES.

Jacques SALBAING (chef de section d'infanterie de Marine de l'armée française, présent sur place) raconte « en inspectant les fossés (…) je vis le cadavre d'un capitaine qui commandait ce détachement, tué par la mitrailleuse de l'un des char. Il portait sa croix de fer ainsi que son poignard de SA à la ceinture. C'était donc un nazi de vielle date, et il devait en être fier pour porter cette arme au combat. J'ai conservé ces deux objets comme souvenirs (...) »

Le témoignage de Jacques SALBAING est capital. On y a apprend la raison du décès de Josef KNIES, mais aussi qu'il est capitaine [est-ce une erreur de lecture du grade ? ou a t'il été promu quelques jours avant son engagement à Valff, et cette mention n'a pas été reportée dans le Soldatenbuch ?]. La croix de fer mentionnée correspond aussi parfaitement à celle qu'il a reçu le 1er octobre 1944. Enfin, le poignard SA est courant des "Ordensburg". Toutefois, attention au jugement hâtif de SALBAING, c'est le poignard le plus produit de l'Allemagne nazi, plus de 1 million de pièces. Mais connaissant la « profession civile » de Josef KNIES (voir paragraphe précédent), cela ne fait que renforcer l'image lugubre du personnage, [NDLR : un argument qui permet de supposer qu'il était fanatisé et membre du parti nazi NSDAP]

Après avoir été enterré dans une fosse commune au cimetière de Valff, il repose depuis le 19 juin 1961 à la nécropole de Niederbronn-les-Bains, bloc 35, rangée 11, tombe numéro 188.

Il s'agit du plus haut gradé tué à Valff à la libération, même s'il appartenait au camp allemand.

Conclusion

Les recherches pour en apprendre davantage sur Josef KNIES continuent. En effet, son Soldatenbuch est en fait son 2ème, qui lui a été attribué suite à un changement d'unité. De ce fait, l'unité précédente est inconnue, de même que sa formation. Une requête d'information a été transmise à la Deutsche Dienststelle (WASt), en attente ...

Au gré des informations, il semble clair que fin novembre 1944, il appartenait à la 708. Volksgrenadier-Division, et non plus à la 21. Panzer-Division (voir l'article consacré aux derniers soldats allemands à Valff). Cela, d'autant plus que l'on sait que la 708. Vg-Div relève directement sur le front la 21. Pz-Div.n en Lorraine le 10 novembre, la 21. Pz Div se repliant en Allemagne. Pour assurer la transition, et renforcer la 708. Vg-Div en sous-effectif, la21. Pz-Div lui transmet quelques cadres. Dont Josef KNIES ? Très probable.

En tout cas il se retrouve quelques jours plus tard, le 28 novembre 1944, menant un groupe de soldats et de policiers de la Volkssturm au combat, mais les menant surtout à la mort, à Valff.

Reproductions du Soldatenbuch réalisé grâce à l'aimable autorisation d'un historien et collectionneur américain, Barry.

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris