Lorsque la guerre est déclarée en septembre 1939, une très grande partie des habitants d'Alsace, où est située une bonne partie de la Ligne Maginot construite dans l’Entre-Deux-Guerres, est évacuée. On place les Alsaciens dans le Sud-Ouest de la France, où leur mauvaise maîtrise de la langue française n’aide pas. Après la Blitzkrieg, l’Alsace est annexée à l’Allemagne d’Hitler fin juillet 1940. Les exilés rentrent pour la plupart chez eux, mais n’y trouvent que l’oppression nazie. Un climat de Terreur est instauré par les occupants : de nombreux avantages sont supprimés, les clauses du Concordat de 1801 écartés et les religieux livrés à eux-mêmes, les écoles enlevées aux clercs.

Le Service du Travail Obligatoire (STO)

Depuis le 8 mai 1941, les jeunes gens et les jeunes filles en Alsace, âgés de 17 à 25 ans, sont soumis au « Service du Travail obligatoire » (Reichsarbeitsdienst). Pour les jeunes gens, ce service constituait une préparation militaire intensive. Quant aux jeunes filles, elles accomplissent 6 mois de service dans des camps spéciaux d'où elles ont été envoyées chez des particuliers comme aides au foyer ou comme manœuvres agricoles. Après ces 6 mois elles accomplissaient une nouvelle période d'une durée égale comme auxiliaires de l'armée, soit dans l'industrie de guerre ou encore dans les services municipaux. Ma sœur, Hélène, était affectée au service de la mairie locale. Elle avait pour mission ... de classer les papiers administratifs selon un système allemand fort compliqué, porter le courrier aux instances d'Obernai et à la Kreisleitung de Sélestat (en vélo, lors des hostilités).

Les bérets

Une ordonnance du Gauleiter WAGNER interdisait de couvrir la tête de coiffures françaises. Le port du béret basque était strictement interdit à partir du 16 mai 1941 sous peine de sanctions. Mais le béret n'était jamais autant à l'honneur qu'à cette époque, et disparaissait au fond de la poche dès la vue d'un Allemand.

L'engagement des filles

Le 19 avril 1942, le « Bund Deutscher Mädel » (B.D.M.) fut créé. Dans la cour d'école des filles, le dimanche, à l'heure de la grand'messe, des séances de gymnastique furent organisées. Les filles adhérentes de Valff furent peu nombreuses, beaucoup venaient des villages environnants. Au début, les jeunes appréciaient les promenades, les sports auxquels on les initiait, les chants populaires qu'ils chantaient ... Ce même jour dans l'après-midi il y avait une fête où les filles devaient s'engager dans le « B.D.M. ». Mon cahier de rédaction mentionne le déroulement de cette fête.

La salle d'asile

Fin 1941, on installait à l'école des garçons une salle d'asile pour les enfants de 4 et 5 ans (N.S.V. Kindergarten). Elle était dirigée par une maîtresse de nationalité allemande. Dans mon cahier de rédaction est mentionnée l'organisation d'une fête d'été le 6 Septembre 1942. Cette fête se déroulait sur l'actuel terrain de football en présence des enfants, des parents et du maire (Ortsgruppenleiter). Après des chants exécutés par les petits, jeux et discours, les enfants recevaient des friandises.

Liens utiles

Plan interactif

De Valva à Valff

254, rue Principale
67210 Valff

03 88 08 29 14

Envoyez-nous un e-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris