Imprimer

La conscription

Avec le retour du service militaire obligatoire pour tous, le tirage au sort est remplacé par une visite médicale. Les conscrits se présentaient en « tenue d'Adam » devant le conseil de révision (médecins, Sous-Préfet et maires du canton) à Obernai (D'Musterung). A l'issue du conseil, on leur signifiait leur aptitude ou non d'effectuer le service militaire. Cet événement fut toujours immortalisé par la traditionnelle photo de groupe qui prenait place dans les archives familiales.

L'uniforme de conscrit était généralement constitué d'une veste claire, d'un pantalon blanc ainsi que d'un chapeau noir orné de ruban multicolores et d'un bouquet de fleurs. Les conscrits déambulaient joyeusement dans les rues du village, accompagné d'un accordéoniste et d'un batteur de tambour. Pendant quelques jours on chantait, on dansait avec des arrêts obligatoires dans les auberges. Chaque classe avait fait réaliser son drapeau de conscrits tricolore avec un motif choisi par le groupe. Y figurait toujours l'inscription « Vive la classe » ... de Valff. Chaque groupe de conscrit possédait également le bâton de tambour-major que portait celui qui était habitué à le faire pivoter. A la fin de l'année drapeau et bâton était adjugés à un membre de la classe sous condition de bien les conserver. A l'occasion des fêtes nationales et religieuses, les drapeaux ornaient les maisons. Ces journées mémorables de conscription, gravées dans nos mémoires, se terminèrent souvent par des extinctions de voix et par des migraines ... En 1966, on note le suppression des conseils de révision dans les chefs-lieux de canton.

L'Arbre de Mai

Les conscrits, dans la nuit précédant le 1er mai, plantaient devant la maison des filles de la même classe, un sapin d'une hauteur d'environ 8 m. Tous les restaurants du village ainsi que le maire et les adjoints avaient droit à l'arbre de Mai. Celui-ci était muni d'une plaque tricolore avec l'inscription, par exemple, « Vive la classe » ...

Au courant du mois de mai, les soirées devenaient festives au moment de l'enlèvement de ces arbres chez les filles, qui invitaient la joyeuse troupe pour un repas amical. Les élus et les restaurateurs offraient une collation aux conscrits. Parfois, des plaisantins voulaient jouer un tour aux conscrits ; soit en faisant tomber l'arbre, soit en le cachant dans un endroit éloigné. Aux conscrits de le relever ou le retrouver ... Mais finalement, tout se passait dans la bonne humeur !

Les traditions aux mariages (témoignage Antoine MULLER)

A l'occasion des mariages locaux, il était de coutume que les conscrits de l'année précédaient ou suivaient le cortège nuptial sur le chemin de l'église et au retour vers la maison de la mariée. Ils étaient également présent la veille pour le mariage civil à la mairie. Leur rôle était de tirer avec des mortiers pour annoncer l'événement. Le bruit de ces tirs était souvent mal supporté et exigeait des conscrits une grande prudence pour éviter tous accident. Le mortier, selon sa conception de et son chargement, produisait une détonation plus ou moins forte. C'était un cylindre en acier dur (50 x 200 mm environ) avec un fond hémisphérique où l'on broyait avec un pilon un mélange de chlorure de soude et du souffre. Ce mortier était muni d'un câble métallique qui permettait de le cogner avec force contre un mur ou un bloc de pierre pour provoquer la détonation. Pour le service rendu, les conscrits étaient invités par la famille pour le verre de l'amitié et recevaient avant de partir quelques saucisses de Lyon et de pains long. En chantant et en brandissant ces victuailles, ils traversaient le village et se rendaient, soit chez un aubergiste ou au domicile d'un camarade de classe pour passer une agréable journée.

Le glossaire du conscrit :

Les conscrits se transmettaient les surnoms des villageois des alentours. Petit aperçu :

Les photos souvenirs apparurent à la fin du 19ème siècle. Le premier cliché encore conservé immortalise la classe 1883. En 1928, on investi dans un costume cravate et pantalon blanc.

Classe 1930 (Collection Antoine MULLER)

La classe 1935 invita les bœufs du char à poser sur la photo. La classe 1942 en nœud papillon, quelques filles et le tracteur ou l'inverse ... la classe ! La classe 1947 pose pour la première photo couleur. Après les chemises à rayures et la marinière 1948 et 1955, la classe 1956 se para de la compagnie de toutes les filles ayant droit de sortie. Souvenir, souvenir ...

Le service militaire (dates majeures par Christian SOURDAINE) :

Chanson de conscrit de 1777 (d'après une nouvelle de 1539)

Les militaires de Valff

Les militaires de Valff recensés au 18e siècle (registre paroissial) :

Les militaires de Valff en 1836

Lors d'un recensement général de la population, 28 militaires du village servaient sous les drapeaux. Valff comptait alors 1424 habitants :

« Le printemps de la vie est la saison des rêves heureux »

Adolphe de CHESNEL

Article hommage à mon père

Affichages : 2476